img

Article

Mines : les promesses gouvernementales évoluent qualitativement et quantitativement d’un mandat à l’autre

img

De 11, durant les cinq dernières années, les promesses du Président Alpha Condé et du Premier ministre Kassory Fofana pour le secteur minier guinéen passent désormais à 29 pour la période 2020-2026. Preuve, si besoin en était, que ce secteur, qui a enregistré 38% de réalisation des promesses entre 2015 et 2020, est une priorité de la gouvernance actuelle.

Sur la trentaine de nouvelles promesses se rapportant au secteur minier répertoriées par Lahidi, 23 sont à l’actif du Président Alpha Condé. Sur 23, son Programme de gouvernance 2020-2026 sur la base duquel il a été élu pour un troisième mandat de 6 ans en contient pas moins de 20. Les trois autres ont été tirées de ses déclarations à travers les médias. Le PM Kassory Fofana, à travers la déclaration de la politique générale de son gouvernement prononcée le 7 avril 2021 devant les élus du peuple, à l’Assemblée nationale en a formulé six promesses pour le secteur minier guinéen. 

Omerta autour des anciennes promesses non ou partiellement tenues

Le nouveau gouvernement guinéen n’a visiblement pas jugé utile de reconduire les promesses non et/ou partiellement tenues pendant le deuxième mandat du Président Alpha Condé. Bien au contraire, c’est l’omerta autour de ces engagements qui ne transparaissent pas dans le nouveau cycle de promesses. 

Les trois promesses non tenues dans le secteur minier guinéen entre 2015 et 2020, rappelons le, concernent les engagements de ’créer un Fonds de diversification et de stabilisation de l’économie, abondé par un pourcentage des ressources provenant des activités minières ; d’adopter et publier le décret portant application des dispositions du Processus de Kimberley et de mettre en œuvre de manière effective le nouveau mécanisme de remboursement des crédits TVA’’

Les promesses partiellement tenues se rapportent à la volonté exprimée du Chef de l’Etat guinéen et de son gouvernement ’d’insuffler une impulsion politique plus forte ; de renforcer la transparence dans le secteur minier, dans le cadre volontaire de l’Initiative sur la Transparence des Industries Extractives (ITIE) ; d’adopter et publier les textes d’application du Code minier ;  de mettre en œuvre les projets signés au cours du premier mandat notamment le projet Simandou et d’améliorer les relations entre les sociétés minières et les communautés d’accueil’’. 

Les nouvelles orientations du secteur minier

Si les promesses du Président de la République et de son Gouvernement étaient essentiellement tournées vers l’amélioration du cadre juridique et réglementaire permettant à la Guinée de profiter de son potentiel minier, l’exécutif guinéen semble désormais se focaliser sur l’augmentation, la diversification et la transformation locale des produits miniers. Cela, en vue de maximiser les impacts économiques et sociaux des projets miniers et protéger l’environnement local. 

Pour y arriver, Alpha Condé et Kassory promettent, entre autres, de ‘’diversifier la production minière en prenant en compte les mesures de maximisation des impacts économiques et de minimisation des impacts sociaux et environnementaux ; d’accélérer la mise en œuvre du contenu local et la protection de l’environnement et de consolider la dynamique dans les projets miniers engagés depuis 2010’’

Ils s’engagent aussi à ‘’investir dans les projets miniers ciblés en cours ; à maîtriser et exploiter, de manière rationnelle et équilibrée, le potentiel minier ;  à bâtir une économie minière de classe mondiale et en faire un levier de transformation et de développement des autres secteurs de l’économie’’

Ils promettent en outre de ‘’doubler la production aurifère d’ici à quelques années ; de créer de nouvelles valeurs ajoutées à travers la transformation locale des ressources minières ; de favoriser la création d’emplois et de nouveaux métiers dans l’industrie minière et de mettre en mettre en place une filière de transformation industrielle de la bauxite, pour produire l’alumine et l’aluminium’’

Des promesses surdimensionnées

Les nouvelles promesses du président Alpha Condé pour le secteur minier sont surdimensionnées, car leurs concrétisations annoncées vont au-delà du mandat présidentiel en cours. Il s’agit des promesses ‘’d’augmenter la production industrielle d’or de 13 tonnes en 2019 à plus de 18 tonnes en 2025, et atteindre 50 tonnes de production annuelle à l’horizon 2030, ; de passer d’une capacité de production de l’alumine de 600 000 à 1,6 millions de tonnes en 2025, puis à plus de 4,5 millions de tonnes en 2030 ; de produire au moins 50 millions de tonnes de fer par an en 2030 et de passer de 16 à plus de 20 sociétés de production minière en 2025, puis à plus de 25 en 2030’’. Mais pas seulement. 

S’y ajoutent les engagements ‘’d’augmenter les revenus miniers de 435 millions de dollars US en 2018 à un niveau stable à plus de 600 millions de dollars US en 2025, puis à au moins 1 milliard de dollars US avant 2030 ; d’augmenter le nombre d’emploi direct et indirect créé dans le secteur minier de 50 000 à 100 000 en 2025, puis à 150 000 en 2030 et de percevoir 125 milliards de francs guinéens par an à partir de 2025, puis 200 milliards de francs guinéens par an en 2030 pour les localités minières au titre du Fonds de Développement Économique Local (FODEL).’’

Ces promesses pour l’horizon 2030 laissent entrevoir une volonté du Président Condé de se maintenir au pouvoir pour les 12 prochaines années. 

Cet article a été produit avec notre collaborateur externe Bachir Sylla, journaliste économique 


Autres Atricles

img
Le président Alpha Condé n'a réalisé que 3% de ses promesses faites dans les régions de Boké, Labé, Kankan et N'zérékoré

À la fin de son premier mandat en 2015, Alpha Condé, candidat à la réélection, a entrepris des t...

01 novembre 2019
img
Importantes précisions sur l’état des promesses répertoriées sur LAHIDI

Depuis ce matin, 01 juillet 2016, la plateforme www.lahidi.org est désormais accessible au public. Nous avons bien...

31 mars 2018
img
LAHIDI du Gouvernement Youla: quel bilan en 30 mois de gestion?

Le 17 mai dernier, le Premier ministre Mamady Youla a présenté sa démission et celle de son gouvernement. C&rs...

23 mai 2018